Méditerranée

Un morceau de charbon. Troqué à Alger, Algérie, par Rachida, 55 ans, pharmacienne. « J’ai choisi cet objet pour évoquer les incendies qui ravagent chaque été les forêts méditerranéennes. Ici, ils sont souvent d’origine criminelle, dans le but de fabriquer du charbon ensuite vendu comme combustible. Ailleurs, c’est pour récupérer des terrains. La Méditerranée, c’est aussi un certain esprit mafieux, qui remonte au temps des corsaires. »��

Un morceau de charbon. Troqué à Alger, Algérie, par Rachida, 55 ans, pharmacienne. « J’ai choisi cet objet pour évoquer les incendies qui ravagent chaque été les forêts méditerranéennes. Ici, ils sont souvent d’origine criminelle, dans le but de fabriquer du charbon ensuite vendu comme combustible. Ailleurs, c’est pour récupérer des terrains. La Méditerranée, c’est aussi un certain esprit mafieux, qui remonte au temps des corsaires. »

Images de Julie Sibony, extraites de l’ouvrage Méditerranée, Un an de route et d’échanges

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.