Émeric Fisset


Vallée de la Dillinger, bassin du Kuskokwim – Alaska (États-Unis)
Année 1994
© Émeric Fisset
Éditeur, écrivain-voyageur. A séjourné dans plus d’une soixantaine de pays et entrepris cinq raids en solitaire de longue durée.

Né à Paris en 1962, Émeric Fisset s’est fait une spécialité des voyages en solitaire, sans liaison radio ni soutien logistique. Ce Meudonnais a pris goût à l’itinérance dès l’âge de 17 ans au sein d’Hôpital sans frontière, que ce soit auprès des réfugiés cambodgiens de Thaïlande, des Karamojong affamés d’Ouganda, à l’hôpital français de N’Djamena, au Tchad, ou à la suite du séisme d’El-Asnam, en Algérie. Après deux années comme officier parachutiste dans l’infanterie de marine, avec notamment une mission d’entraînement en jungle au Gabon, il participe à des convois humanitaires pour la Bosnie et la Lettonie.

De 1984 à 1986, Émeric Fisset marche de Paris à Rome, à travers dix-sept pays d’Europe, sur 12 500 km. Puis, en deux ans et sur 25 000 km, il pédale jusqu’au Pakistan via la péninsule Arabique, à travers treize pays du Proche- et du Moyen-Orient. Il entame en 1990 son premier raid en solitaire à travers l’Alaska, de la pointe Barrow, le cap le plus septentrional des États-Unis, à Cold Bay, au bout de la péninsule d’Alaska : en un an, il parcourt 3 500 km à pied, à la rame et à ski. Puis, après un raid le long de la piste Hô Chi Minh en 1992, les années 1994-1995 le voient couvrir à pied, en kayak de mer et à traîneau les 5 000 km qui séparent Seattle de Wales, au cap occidental de l’Amérique, sur le détroit de Béring. En 1999, il pagaye avec Emmanuel Hussenet le long de la côte orientale de la terre d’Ellesmere, en mémoire du médecin français Octave Pavy mort dans l’expédition américaine Greely (1881-1884).

Depuis lors, Émeric Fisset a eu l’occasion de séjourner en Amérique du Sud (principalement en Argentine auprès de Rémy Rasse et Analía Rondón), dans quatre archipels de l’Atlantique (Açores, Cap-Vert, Hébrides, Saint-Pierre-et-Miquelon) et certaines îles de la Méditerranée, ainsi que de traverser à pied plusieurs massifs montagneux de la métropole (Cévennes, Chartreuse, Jura, Massif central, Oisans, Pyrénées, Vercors et Vosges).

À l’été 2005, Émeric Fisset et Julie Boch ont effectué la traversée pédestre de la chaîne orientale et d’une partie de la chaîne occidentale du Kamtchatka. À l’été 2006, le couple a arpenté la partie méridionale de cette péninsule, depuis le cap Lopatka. Le récit Kamtchatka, Au paradis des ours et des volcans, deux fois primé, leur a permis d’approfondir leur connaissance de cette région. À l’été 2011, ils sont repartis avec le projet de marcher des sources de l’Ob aux eaux vives de l’Ienissei, entre l’Altaï russe et le Touva. De Gorno-Altaïsk, ils ont rejoint la vallée de la Katoun, la branche principale de l’Ob, qui naît au pied du mont Bieloukha. À dix jours de marche de la capitale régionale, sur une route en construction là où ils n’attendaient qu’une piste, Julie Boch a été victime d’un accident mortel de la circulation. C’était dans le décor verdoyant des hauts de la Katoun, à l’heure méridienne, le 13 juillet 2011. En vue « de contribuer au partage des connaissances et de promouvoir les travaux de chercheurs qui témoignent des hautes qualités intellectuelles – acuité du regard, curiosité universelle, distance critique – et morales – éthique de l’action, générosité, désintéressement – dont elle a fait preuve », il a alors cofondé, notamment avec Baptiste Roux et Nicolas Weill-Parot, et préside la Société des amis de Julie Boch.

Émeric Fisset a présenté des diaporamas audiovisuels et des conférences, rédigé une vingtaine d’articles sur les nationalités et les minorités de l’ex-Union soviétique (Le Quotidien de Paris), a collaboré avec Le Spectacle du monde, Valeurs actuelles, Famille chrétienne, L’Autre Journal, Animan, GEO, La Croix, Terre sauvage et Carnets d’aventure, a entretenu des correspondances avec Europe 1 et France Info, et participé à des émissions radiophoniques notamment sur France-Inter, France-Culture, RFI et O’FM. Au sein de Transboréal, il dirige les collections « Compagnons de route », « Petite philosophie du voyage », « Sillages » et « Voyage en poche ».

Émeric Fisset a cofondé l’Union des éditeurs de voyage indépendants qui, avec Transboréal, fédère la revue Bouts du monde menée par William Mauxion, les éditions Elytis dirigées par Xavier Mouginet, Géorama dirigées par Didier Labouche, Ginkgo dirigées par Reynald Mongne, Intervalles dirigées par Armand de Saint Sauveur, Magellan & Cie dirigées par Marc Wiltz, Nevicata dirigées par Paul-Erik Mondron, Nomades menées par Florie Bodin et Lucille Pachot.

Au solstice de l’été 2012, Émeric Fisset est parti à pied de Bray-Dunes, à la frontière belge près de Dunkerque, pour gagner le pays de Bitche, au bout de la Lorraine, avant de traverser les Vosges, le Jura, où il a séjourné chez Pierre-Marie Aubertel et Stéphane Niveau, ainsi qu’une partie des Alpes jusqu’au massif du Mont-Blanc, qu’il a dépassé à l’équinoxe d’automne.



© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2016. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.