Youri Bezsonov

  • David_Adjemian
  • Marc_Alaux
  • Lodewijk_Allaert
  • Joël_Allano
  • Stéphane_Allix
  • Christophe_Apprill
  • Françoise_Ardillier-Carras
  • Jacques_Arnould
  • Vladimir_Arseniev
  • Pierre-Marie_Aubertel
  • Siméon_Baldit_de_Barral
  • Noël_Balen
  • Jamel_Balhi
  • Frédérique_Bardon
  • Jean-Yves_Barnagaud
  • Julie_Baudin
  • Jacques_Baujard
  • Sylvain_Bazin
  • Marc_Bellanger
  • Emmanuel_Béjanin

Au sortir de l’École de cavalerie – Saint-Pétersbourg (Russie).
Année 1910
© DR
Ancien officier tsariste, auteur d’une évasion réussie du premier « goulag » bolchevik des Solovki.

Né en 1891, Youri Bezsonov est fils d’un général du tsar. Il passe deux années de sa jeunesse à Paris au sein de cercles artistiques puis intègre l’école de cavalerie de Saint-Pétersbourg. Il en sort officier de la division de cavalerie impériale en 1910. Monarchiste convaincu et privilégié qui a tout à perdre du soulèvement des masses, il est capitaine du régiment des dragons de la garde personnelle de Sa Majesté durant la Première Guerre mondiale. Suite à la révolution de février 1917, il participe à la marche de Lavr Kornilov sur Petrograd, alors siège du gouvernement de Kerenski, et à l’assaut du palais d’Hiver.

Après que les bolcheviks ont pris le pouvoir, Youri Bezsonov est emprisonné à de multiples reprises jusqu’en 1925 où il réalise une évasion exceptionnelle de la prison des îles Solovki pour rejoindre la Finlande. Il raconte son histoire dans L’Évadé de la mer Blanche, premier récit connu d’une évasion du « Camp du Nord à régime sévère » des Solovki (ou SLON), l’ancêtre du Goulag. Traduit en 1928 chez Payot, son témoignage connaît un retentissement important, certes bien après le reportage d’Albert Londres à Petrograd (1920), mais avant les dénonciations d’Istrati (1929) et de Gide (1936).

Après son évasion, Youri Bezsonov ne reste pas en Finlande. Il parvient à gagner la France, via la Norvège et l’Angleterre, et ouvre à Montmartre un salon artistique. Durant la Seconde Guerre mondiale, il publie un autre titre, Le Camp des forts, où il appelle à l’alliance de toutes les forces chrétiennes et orthodoxes. Il meurt à la fin des années 1950 et repose au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2022. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.