Collection « Petite philosophie du voyage »

  • Voyage immobile (Le)
  • Ivresse de la marche (L’)
  • Bonheurs de l’aquarelle (Les)
  • Attrait des gouffres (L’)
  • Soif d’images (La)
  • Mémoire de la Terre (La)
  • Euphorie des cimes (L’)
  • Enchantement de la rivière (L’)
  • Force du silence (La)
  • Grâce de l’escalade (La)
  • Prodige de l’amitié (Le)
  • Défis de la course (Les)
  • Instinct de la glisse (L’)
  • Tao du vélo (Le)
  • Temps du voyage (Le)
  • Vertu des steppes (La)
  • Vie en cabane (La)
  • Chant des voiles (Le)
  • Parfum des îles (Le)
  • Vertiges de la forêt (Les)
  • Promesse de l’envol (La)
  • Secret des pierres (Le)
  • Appel de la route (L’)
  • Mystères du vin (Les)
  • Esprit du geste (L’)
  • Simplicité du kayak (La)
  • Murmure des dunes (Le)
  • Écriture de l’ailleurs (L’)
  • Religion du jazz (La)
  • Audaces du tango (Les)
  • Écho des bistrots (L’)
  • Goût de la politesse (Le)
  • Charme des musées (Le)
  • Quête du naturaliste (La)
  • Triomphe du saltimbanque (Le)
  • Sortilèges de l’opéra (Les)
  • Âme de la chanson (L’)
  • Sérénité de l’éveil (La)
  • Arcanes du métro (Les)
  • Liberté du centaure (La)
  • Joie du voyage en famille (La)
  • Rythme de l’âne (Le)
  • Magie des grimoires (La)
  • Caresse de l’onde (La)
  • Poésie du rail (La)
  • Cantique de l’ours (Le)
Couverture

Les Vertiges de la forêt, Petite déclaration d’amour aux mousses, aux fougères et aux arbres
Rémi Caritey




L’arbre est le refuge de l’oiseau comme de l’enfant qui, dans sa cabane perchée, reconsidère le monde et ses habitants. Ses frondaisons protègent du soleil et abritent de la pluie, ses branches bruissent dans le vent, son tronc élève le regard, ses feuilles et son écorce offrent mille formes toujours renouvelées. Source de légendes et de bienfaits, prodigue en émotions, l’arbre l’est aussi de ses fruits – faînes, pignes, merises ou châtaignes –, et ses métamorphoses saisonnières ponctuent l’année. Dans la forêt tapissée de fougères et de mousses, encombrée de lianes et de chablis, le visiteur connaît à la fois la sérénité du refuge contre la furie des éléments et l’angoisse des sombres lisières et des camps d’ombre. Comme à la cime de cet univers étrange et familier, l’homme est pris de vertige : en quête de racines, il voudrait voir derrière chaque tronc un ami et retrouver avec lui l’antique complicité que perpétuent les derniers habitants des forêts tropicales ou le peuple japonais qui honore toujours les hôtes invisibles de la nature.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.