Collection « Petite philosophie du voyage »

  • Fièvre des volcans (La)
  • Extase du plongeur (L’)
  • Tao du vélo (Le)
  • Force du silence (La)
  • Tentation du jardin (La)
  • Vie à la campagne (La)
  • Simplicité du kayak (La)
  • Vie en cabane (La)
  • Audaces du tango (Les)
  • Vertiges de la forêt (Les)
  • Magie des grimoires (La)
  • Caresse de l’onde (La)
  • Goût de la politesse (Le)
  • Murmure des dunes (Le)
  • Voyage immobile (Le)
  • Ivresse de la marche (L’)
  • Bonheurs de l’aquarelle (Les)
  • Attrait des gouffres (L’)
  • Soif d’images (La)
  • Mémoire de la Terre (La)
  • Euphorie des cimes (L’)
  • Enchantement de la rivière (L’)
  • Grâce de l’escalade (La)
  • Prodige de l’amitié (Le)
  • Défis de la course (Les)
  • Instinct de la glisse (L’)
  • Temps du voyage (Le)
  • Vertu des steppes (La)
  • Chant des voiles (Le)
  • Parfum des îles (Le)
  • Promesse de l’envol (La)
  • Secret des pierres (Le)
  • Appel de la route (L’)
  • Mystères du vin (Les)
  • Esprit du geste (L’)
  • Écriture de l’ailleurs (L’)
  • Religion du jazz (La)
  • Écho des bistrots (L’)
  • Charme des musées (Le)
  • Quête du naturaliste (La)
  • Triomphe du saltimbanque (Le)
  • Sortilèges de l’opéra (Les)
  • Âme de la chanson (L’)
  • Sérénité de l’éveil (La)
  • Arcanes du métro (Les)
  • Liberté du centaure (La)
  • Joie du voyage en famille (La)
  • Rythme de l’âne (Le)
  • Poésie du rail (La)
  • Cantique de l’ours (Le)
Couverture
Flibustier des cimes :

« Lorsque je me hisse au faîte d’un pin maritime à l’embouchure de la Gironde, un phare apparaît au loin, unique repère émergeant du moutonnement égal et brillant des aiguilles. D’escalade en escalade, ce phare est comme une invitation puissante à la traversée de la forêt, mais aussi à un voyage intérieur, vers ce lieu enfoui en nous qui s’émeut de la vision d’une lisière en pleine ville, comme si là se trouvait dissimulée une promesse ou une réponse, une sente qui nous mènerait loin du monde des hommes, de leur emprise technologique et des certitudes civilisatrices. Vers un germe de renaissance, un motif d’éveil, les prémices d’une innocente et enivrante sauvagerie.

Cette traversée, peut-être l’ai-je entreprise dès l’enfance, par la lecture d’une bande dessinée. Son héros échappait à ses poursuivants en rejoignant une autre dimension : il naviguait au-dessus des arbres, son voilier cinglant le feuillage d’un infini massif de chênes. Un flibustier des cimes ! Longtemps dans son sillage j’ai vogué sur les horizons révélés par cette étrange transgression, étonné toujours et ravi de ne jamais sombrer entre deux arbres. »
(p. 17-18)

Le bonheur du récolteur (p. 22-26)
Forêt magique (p. 29-31)
Forêt vitale (p. 33-36)

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2018. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.