Collection « Visions »

  • Indonésie
  • Lac Baïkal
  • Birmanie
  • En pays kirghize
  • Hautes vallées du Pakistan
  • Patagonie
  • Spitzberg
  • Afghanistan
  • Sinaï
  • Andes
  • Asie centrale
  • Échos d’Orient
  • Route des Amériques (La)
  • De Saigon à Saint-Malo
  • Sahara
  • Himalaya
  • Îles des Quarantièmes
  • Alaska
Couverture

La Route des Amériques, Visions d’un tandem en voyage de noces
Emmanuel Béjanin & Béatrice Luzzatto-Béjanin


Jeunes mariés, Béatrice et Emmanuel Béjanin ont choisi de s’élancer sur la route des Amériques pendant plus d’un an et demi. D’Anchorage, en Alaska, à Ushuaia, en Terre de Feu, ils ont longé sur 24 000 kilomètres la côte de l’océan Pacifique, à travers les Rocheuses, la Sierra Madre puis la cordillère des Andes, à la rencontre des peuples amérindiens.
Filant devant l’hiver boréal, Béatrice et Emmanuel Béjanin ont ainsi affronté la chaleur des tropiques, senti le souffle des volcans, franchi dix-sept cols à plus de 4 000 mètres, et lutté contre les vents patagons. Leur tandem amoureux a écouté les récits des Tlingit d’Alaska, dormi dans les villages fantômes de Californie, pris part aux rituels syncrétiques des descendants des Mayas du Guatemala, partagé la chicha avec les campesinos de l’Altiplano et le maté avec les gauchos. Cette descente de la Panaméricaine est aussi l’occasion d’une réflexion nourrie sur l’histoire du Nouveau Monde et la situation contemporaine des quatorze pays visités.

Avec des illustrations de : Bertrand de Miollis
Avec une préface par : Émeric Fisset

« Fend-la-bise est paré. Béatrice a bouclé les sacoches, tandis qu’Emmanuel finit de ranger les éléments du petit déjeuner et d’étudier l’itinéraire de la journée. Pour la quatre centième fois, l’un et l’autre, lui devant et elle derrière, vont enfourcher leur monture. Pour la quatre centième fois, ils se réjouissent de cet instant où, synchrones, ils vont s’élancer. Jamais ils n’avaient pensé éprouver une telle joie dans l’effort et le dépassement de soi, faire autant de rencontres. Ce plaisir sera intact au terme de leur traversée sur la Panaméricaine, même quand ils doubleront les étapes afin de parvenir à Ushuaia pour la Saint-Valentin, que l’épuisement se lira sur leurs visages et que, en butte aux vents patagons, ils n’auront plus guère la force de chanter sur leur tandem.
Pour Emmanuel et Béatrice Béjanin, Tand’Amériques était, dès avant leur départ, bien plus qu’un voyage – fût-il de noces ; il était l’union de deux tempéraments et de deux compétences. Chacun désirait donner un tour nouveau à sa vie. Emmanuel, qui aime les sports de montagne et le cyclotourisme, avait travaillé comme logisticien dans la plus grande mine indienne de charbon, puis était entré dans la finance. Béatrice, elle, née à Madrid de père italien, avait grandi aux États-Unis et fréquenté un lycée international, avant de poursuivre une formation de journaliste puis de travailler dans le design. Le goût de la rencontre, le désir de se découvrir l’un l’autre, leurs connaissances linguistiques – ils maîtrisent l’anglais et l’espagnol – les poussèrent à concevoir cette descente des Amériques. Pour ce faire, ils sollicitèrent sponsors et partenaires, élaborèrent un site Internet, lurent des auteurs latino-américains. Toutefois, ils eurent la sagesse de ne pas déterminer précisément leur itinéraire d’Anchorage à Ushuaia, pour s’adonner à l’aventure. Au cours de leur voyage, ils ont approfondi et étonnamment compris la complexité de la situation contemporaine des quatorze pays qu’ils ont visités. Ils ont senti l’esprit de l’Ouest américain, déploré la condition des Indiens du Guatemala, craint l’insécurité au Salvador, perçu l’enjeu de la dollarisation en Équateur, subi la jacquerie des paysans boliviens, connu l’exaltation et l’adversité sur l’Altiplano et sur la pampa. Leur ouvrage, dans la préparation duquel ils se sont investis autant qu’ils s’étaient engagés dans celle de leur voyage, traduit cette connivence et fait, d’une anecdote, ressortir un trait décisif sur l’état d’esprit des populations. Leur seule frustration dans cette longue et douce épreuve fut celle du nomade, de celui qui, parce qu’il s’est fixé un objectif, sait qu’il doit, le matin venu, poursuivre son cheminement. Qu’il doit laisser là les cœurs qui se sont ouverts pour, plus loin, en découvrir de nouveaux. D’autres cœurs qui s’ouvriront aussi dans la confiance inattendue d’êtres que les aléas de la route et de la météo, ou simplement la tombée du soir, vont rapprocher et qui, par le caractère providentiel et forcément bref de la rencontre, se dévoilent.
Emmanuel et Béatrice Béjanin livrent ici l’album d’un voyage de noces qui fut aussi d’alliance avec la terre américaine, une noce qui ne s’est pas arrêtée à Ushuaia mais les mènera plus loin encore, vers d’autres peuples et d’autres cieux lumineux. »


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.