Actualité

  

Ma vie en cabane sur l’île de Chiloé, au Chili
par David Lefèvre
le jeudi 15 novembre 2012 à 20 heures 30


Après la Terre de Feu, l’île de Chiloé, qui relève de la région des Lacs, est la deuxième du Chili par sa superficie. Située au large de Puerto Montt, elle prolonge sur 190 kilomètres de long et 50 à 65 de large la chaîne côtière. Peuplée de 160 000 habitants, concentrés autour d’Ancud au nord-ouest et de Castro, la capitale, à l’est, elle subit un climat océanique sur la côte du Pacifique, propice au développement de la forêt pluviale, et plus chaud et sec face au golfe de Corcovado, propice à l’agriculture et à l’élevage. Les Chilotes qui, quand ils n’étaient pas marins-pêcheurs, avaient coutume de s’expatrier pour s’employer dans les estancias de la Patagonie argentine, sont attachés à leur terre à laquelle les relient de nombreux mythes et légendes.


Après avoir voyagé et séjourné entre 2005 et 2010 à plusieurs reprises au Chili et en Argentine, David Lefèvre s’est installé au bord d’un lac de l’île de Chiloé, dans une région où la nature demeure intacte. Là, il s’adonne à une vie frugale proche de l’autosubsistance et s’interroge notamment sur les limites du concept de pauvreté volontaire. Cette expérience propice à la réflexion et à la contemplation a débouché sur l’écriture du récit Solitudes australes.



En savoir davantage sur : David Lefèvre 


Livre de l’intervenant en rapport avec cette conférence :
Solitudes australes, Chronique de la cabane retrouvée


Retour à la liste des conférences
© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2022. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.