Actualité

  

Au paradis des hommes-fleurs
par Raymond Figueras
le jeudi 4 novembre 2010 à 20 heures 30


Les quatre îles principales de l’archipel des Mentawai dominent les flots de l'océan Indien à 150 kilomètres à l’ouest de l’île indonésienne de Sumatra, à laquelle elles sont rattachées administrativement. La plus grande, Siberut, accueille dans la jungle qui recouvre la majorité de ses 4 030 km² une faune riche d’espèces endémiques. Mais elle est aussi peuplée, dit-on, d’hommes-fleurs, dont le mode de vie a été farouchement dénigré dès les années 1950 puis sous la dictature de Suharto (1968-1998). Ces anciens coupeurs de têtes continuent en effet de chasser le singe à l’arc, de cueillir le durian (arbre tropical au fruit apprécié en Asie du Sud-Est), de pêcher en rivière et de récolter un tubercule alimentaire, le taro. Au cours de cérémonies animistes, leurs chamans combattent les esprits néfastes et réactivent les forces vitales du clan. Chants, transes, offrandes et sacrifices d’animaux, dont la lecture des entrailles augure les chasses à venir, accompagnent les initiations aux mythes de la jungle.


Raymond Figueras rencontre le peuple mentawai en 2006. Baigné de littérature de voyage et de récits ethnographiques, il s’imagine alors revenu au temps des Immémoriaux de Segalen, au temps de la parole indigène (qu’il s’est efforcé de comprendre). Aussi séjourne-t-il ensuite à cinq reprises dans cette île qu’il explore à pied et en pirogue, en particulier au cours de deux expéditions menées le long des côtes nord et ouest et dans le centre de la forêt primaire. Il devient familier de l’univers étrange de ces hommes au corps tatoué, qui entretiennent depuis quatre mille ans un art de vivre adapté à la forêt équatoriale. La démarche engagée de Raymond Figueras lui permet d’appréhender la marche du temps et l’avancée des périls culturels et écologiques qui menacent un jour de faner les hommes-fleurs. Que deviennent les traditions, notamment le chamanisme, face à l’ingérence du monde extérieur dans la vie de ce peuple qui se pare de fleurs pour plaire à son âme ? Raymond Figueras poursuit en outre une étude anthropologique de trois mois dans le cadre du Siberut Conservation Project, un projet d’étude et de protection des espèces endémiques de singes en lien avec des actions de développement social.



En savoir davantage sur : Raymond Figueras 


Livre de l’intervenant en rapport avec cette conférence :
Au pays des hommes-fleurs, Avec les chamans des îles Mentawai


Retour à la liste des conférences
© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2022. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.