Actualité

           

Rencontres sibériennes, de Moscou à Vladivostok
par Géraldine Dunbar, Géraldine Bérard & Valérie François
le jeudi 6 mai 2010 à 20 heures 30


Indépendante depuis presque vingt ans, la Fédération de Russie avait des défis colossaux à relever. Non seulement elle devait retrouver sa place de superpuissance perdue avec l’URSS, mais elle se devait aussi de se reconstruire. En intégrant officiellement le G7 en 1998, la Russie a réussi à devenir un acteur capitaliste et géopolitique incontournable. Toutefois, malgré un accroissement de la consommation domestique et une plus forte stabilité politique, un taux de croissance annuel d’environ 7 %, elle est très loin d’avoir terminé sa reconstruction intérieure. Si les jeunes réussissent à s’adapter dans l’ensemble, les générations soviétiques souffrent encore des maux du postcommunisme, notamment sur le plan des valeurs et de l’identité nationale. La Russie connaît un développement géographique inégal, avec la majorité des richesses concentrées dans la région de Moscou. En dépit d’une classe moyenne émergeante, un large fossé persiste entre la capitale et les communautés de Sibérie.
La Sibérie, qui compte 40 millions d’habitants sur quelque vingt-quatre fois la superficie de la France, doit l’émergence de sa modernisation au Transsibérien, achevé au début du XXe siècle, bientôt doublé au nord par le BAM, et à sa richesse en gaz, en pétrole, en or, en diamants et en minerais. Toutefois, pour des raisons géographiques ou économiques, cette manne a été exploitée de façon inégale, parfois jusqu’au gaspillage. Une mosaïque d’une centaine de peuples vit dans cette vaste région qui, vue de Moscou, apparaît comme une province uniforme, plus connue pour ses températures extrêmes et ses modes de vie parfois terriblement archaïques que pour ses populations entreprenantes, tournées vers l’avenir.


Trois femmes livrent leur vision de la Russie et de la Sibérie à travers leurs expériences originales :
Géraldine Dunbar, titulaire d’un DEA d’études slaves, a voyagé quatre mois sur le Transsibérien en 2004 sur plus de 20 000 km. Ayant vécu et travaillé quatre ans à Moscou dans les années 1990, et fascinée par la coexistence de deux générations, l’une nostalgique de l’URSS, l’autre tournée vers l’Occident, elle a débuté son aventure par une réunion des anciens combattants à Moscou lors de la fête de la Victoire, pour arpenter ensuite la Sibérie et l’Extrême-Orient dans une quête d’authenticité des relations humaines. Son livre, Seule sur le Transsibérien, relate les contrastes et les distorsions entre la Russie d’Europe et les bourgades de Sibérie à travers des rencontres diverses : militaires, anciens déportés, chasseurs, pêcheurs, moines, étudiants et nouveaux riches… Début 2010, elle est retournée à Moscou prendre le pouls de la capitale.
Géraldine Bérard, titulaire d’une licence de russe, et Valérie François, journaliste, sont parties à deux reprises pour recueillir le témoignage des femmes de l’Extrême-Orient russe, objet du livre Sibériennes, Voyage aux confins de la taïga. Durant plus de six mois en 2005 et 2009, elles ont franchi les milliers de kilomètres qui séparent Moscou de Iakoutsk et de Magadan. Le décalage horaire, les différences de paysages et de culture ont renforcé chez elles l’étrange sensation de passer d’une région à une autre comme on traverserait autant de pays. Même si les femmes sibériennes ne leur ont pas caché les difficultés qu’ont entraîné les bouleversements des vingt dernières années, elles ne se considèrent pas pour autant comme des victimes et ont une conscience accrue de leur potentiel. Chef d’entreprise, artiste, agricultrice, médecin, géologue, elles ont ouvert leur porte aux deux voyageuses et pris plaisir à les guider et à partager avec elles leur profond attachement à leur région.





En savoir davantage sur : Géraldine Dunbar , Géraldine Bérard  & Valérie François 


Livre des intervenantes en rapport avec cette conférence :
Sibériennes, Voyage aux confins de la taïga


Retour à la liste des conférences
© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2022. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.