Actualité

           

En pays kirghize
par René Cagnat
le jeudi 16 novembre 2006 à 20 heures 30


Pourquoi « en pays kirghize » et non pas « au Kirghizistan » ? Parce que l’ethnie kirghize, bien caractérisée, de langue turque et de tradition nomade, ne figure pas seulement en République kirghize, sur un territoire de 199 000 km2, mais se dissémine à son pourtour sur une superficie trois fois supérieure. Cet espace qui peut être kirghize mais aussi chinois, kazakh, ouzbek, tadjik et même afghan, est le véritable « pays kirghize ». Par « Kirghizistanais », il faut alors entendre les citoyens du Kirghizistan proprement dit qui, outre 70 % de Kirghizes ethniques, regroupe des Ouzbeks, des Ouighours, des Tatars, mais encore des Slaves, des Tadjiks, des Dounganes – ou Chinois musulmans –, voire des Coréens, des Caucasiens et même des Allemands !
Le pays kirghize est fait de solitude, de transparence et de simplicité. Solitude : les Kirghizistanais ne sont que 5 millions dans leur république et les Kirghizes alentour 900 000 tout au plus. À haute altitude, on pourra parcourir plus de cent kilomètres sans rencontrer âme qui vive ! Transparence : la sécheresse de l’air écarte toute nébulosité. L’espace est inondé de lumière. Le moindre détail est visible à des kilomètres. Au fil des nuits, la voûte céleste resplendit d’une poussière insondable d’étoiles. Et la limpidité de l’Issyk-Koul, le grand lac kirghize, semble prolonger ce cristal. Simplicité : nature, créatures, existence, tout se ramène à l’essentiel. Foin du détail ou du superflu : des paysages aux visages, tout est sans détour, épuré, éclatant de beauté, rayonnant de gaieté ou brisé de souffrance, avec pourtant, jusqu’au bout, l’hospitalité d’un sourire. Quant au Wakhan, terre kirghize oubliée à l’est de l’Afghanistan, par-delà le Pamir tadjik, il présente tout cela, certes, mais en plus condensé et authentique encore.
Aujourd’hui, comme un balbal – ces sculptures prototurques anthropomorphes qui parsèment la steppe – surgi de la neige, transi, effaré mais plein de vie, le Kirghizistan sort, peut-être, de la crise. Malgré la fuite à l’étranger des élites et de la jeunesse instruite, malgré la montée de la bêtise et du fanatisme, certaines forces vives se font jour : celles de citoyens de bonne volonté, d’hommes et de femmes de bien qui, imprégnés d’une saine tradition, sont prêts à relever la nation de ses ruines. Quelque part entre soviétisme agonisant et capitalisme triomphant, l’âme nomade et le pays kirghize, si proches de l’essentiel, ne sont pas morts et revivront d’autant mieux qu’une aide internationale se met en place pour leur porter secours. On se met à rêver d’un pouvoir éclairé, d’un tourisme intelligent, qui permettraient de dégager les ressources nécessaires au sauvetage du superbe Kirghizistan.


René Cagnat, qui a été en poste en URSS et dans l’ex-RDA, attaché militaire en Bulgarie, en Roumanie et en Ouzbékistan, se consacre, depuis sa retraite en 1999, à l’étude des questions centre-asiatiques. À ce sujet, il a écrit de nombreux articles, a été interviewé à de multiples reprises ; il a aussi conseillé Yann Arthus-Bertrand pour sa campagne photographique sur la mer d’Aral, en Kirghizie et au Tadjikistan, ainsi qu’une équipe de Thalassa et Karel Prokop pour quatre films d’une « Thema » d’Arte sur l’Asie centrale. Ce docteur ès sciences politiques de l’IEP de Paris, qui possède une maîtrise de russe, a par ailleurs été professeur de français et de civilisation française à l’université d’État du Kirghizistan et, de 1999 à 2002, à l’Université américaine de Bichkek, ville où il réside et où il a aussi été consul honoraire de France de 2001 à 2002. René Cagnat, qui représente par ailleurs en Asie centrale la Fondation pour le progrès de l’homme, se consacre en outre à l’accompagnement de ceux qui veulent découvrir l’Asie centrale en profondeur.



En savoir davantage sur : René Cagnat 


de l’intervenant en rapport avec cette conférence :
En pays kirghize, Visions d’un familier des monts Célestes


Retour à la liste des conférences
© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2022. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.