Émilie Maj


Colloque international sur l’élevage pastoral de chevaux, Iakoutsk – Iakoutie (Russie)
Année 2006
© Émilie Maj
Anthropologue, spécialiste de la culture iakoute.

Née à Strasbourg en 1978, Émilie Maj est anthropologue, titulaire d’un doctorat de l’École pratique des hautes études sur l’utilisation et la valeur symbolique du cheval chez les Iakoutes dirigé par Roberte Hamayon, spécialiste du chamanisme en Mongolie et en Sibérie.

C’est en 1996, alors qu’elle est en licence de russe, qu’ayant été voir le film Chamane de Bartabas pour la guimbarde et les chevaux, qu’elle affectionne, Émilie Maj tombe amoureuse, à l’écran tout d’abord, de la Sibérie. Après avoir soutenu sa thèse en 2007, elle a axé ses recherches sur les relations interculturelles entre le peuple iakoute dominant et les minorités sibériennes en République de Sakha (Iakoutie) au département d’anthropologie du Scott Polar Research Institute, de Cambridge. Depuis 2008, cette jeune femme de nationalité française et polonaise, qui parle l’anglais, le russe, le polonais et le iakoute, occupe un poste au Centre for Landscape and Culture, à l’université de Tallinn, en Estonie, où son travail l’amène à une approche combinant la perspective anthropologique et l’horizon géographique. Elle mène le programme de recherches « Se tourner vers les ancêtres pour mieux voir le futur : paysage, société et religion en Iakoutie postcommuniste ».

Parallèlement, Émilie Maj a toujours eu à cœur d’enseigner et de transmettre. Ainsi, elle enseigne la traduction du russe vers le français à l’Université d’État de Iakoutsk en 1999-2000 ; de 1999 à 2003, elle donne des cours de français aux enfants d’une école de Iakoutie et, depuis 2007, est chargée d’un cours d’initiation à la langue iakoute, initié par Anne-Victoire Charrin, spécialiste des littératures sibériennes. L’université de Tallinn l’a plus récemment employée pour animer différents séminaires d’ethnographie dont « Chamanisme et possession » et « Anthropologie de l’Arctique ».

Depuis 2003, Émilie Maj organise également les tournées françaises de musiciens sibériens (S. S. Chichiguine, German et Claudia Khatylaev, Ilya Zhirkov, Aliona Sleptsova et Zarina Kopyrina) et a, en 2007, fait enregistrer un CD au joueur de guimbarde Spiridon S. Chichiguine sous le label « Cinq Planètes ».

Les différents séjours d’Émilie Maj s’échelonnent d’une période d’un mois à plus de huit mois. Depuis 2003, ses recherches de terrain sont financées par l’Institut Paul-Émile Victor. Elle a réalisé de 2003 à 2006 une mission (Ethnoequid) visant à recueillir des matériaux ethnographiques sur l’utilisation et la signification symbolique du cheval dans cinq régions de Iakoutie (Iakoutsk, Taatta, Verkhoïansk, Eveno-Bytantaj et Aldan). Depuis 2009, elle réalise une autre mission (Festivethno) concernant les fêtes chez les peuples de Iakoutie. En 2010 paraît Parlons sakha, langues et culture iakoutes, à l’Harmattan.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2016. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.