La maison d’édition et la librairie des voyageurs au long cours

Transboréal réunit dans son sillage, outre ses 120 auteurs, 156 autres voyageurs francophones qui ont eu à cœur de découvrir une région du monde et d’en faire partager la découverte à travers des livres ou des films. Transboréal anime aussi une librairie de voyage dont les 5230 titres sont en ligne, ainsi que le cycle de conférences « Regards de voyageurs ».

Télécharger une plaquette des titres disponibles
Télécharger le catalogue de la maison d’édition

Actualité :


  • Solidream, trois ans de défis et d’amitié autour du monde, par Brian Mathé, Morgan Monchaud & Siphay Vera (conférence et dédicace), Parc des expositions, Avenue de la Foire-aux-Vins, Colmar (68000), du vendredi 7 novembre au dimanche 9 novembre de 10 h à 19 h (réservation requise). Participation : 5 €.

  • 30e Salon international du tourisme et des voyages sur le thème « Japon », Brian Mathé, Morgan Monchaud & Siphay Vera, Parc des Expositions, Colmar, du vendredi 7 novembre au dimanche 9 novembre, de 10 h à 19 h. Entrée : 5 €.

  • Interview de la semaine : Marc Tardieu

    Dans les pas du Bouddha


    Pourquoi vous êtes-vous converti au bouddhisme ?
    Ma conversion a eu lieu à la suite d’une recherche existentielle et d’une quête spirituelle très forte. J’étais complètement athée mais, dans les années 1980, il y avait une grande mouvance bouddhiste mêlée d’idéalisme et de scepticisme à la fois. C’est l’harmonie de cette religion qui m’a le plus touché, à une période où j’avais tendance à m’éparpiller… J’avais besoin de me retrouver, de me recentrer sur les valeurs essentielles de la vie, pour trouver la paix intérieure, donner du sens à mon existence. Le bouddhisme s’est imposé comme une réponse.

    Quel élan vous a poussé à écrire un ouvrage sur les communautés étrangères en France ?
    J’ai grandi en Seine-Saint-Denis au milieu de populations d’origines immigrées très importantes. Là, j’ai pu mesurer, au sein même de ma propre famille, le racisme dont sont victimes ces personnes. J’ai trouvé la vision que l’on avait d’eux profondément injuste. C’est donc avec cet état d’esprit et la tête pleine du souvenir des visages chers de mon enfance que j’ai décidé de m’atteler à l’écriture de ce livre. En fin de compte, Bretons, Sénégalais ou Auvergnats, tous, nous sommes centrés sur notre propre culture. J’ose croire que l’ouvrage que j’ai écrit aide à s’écarter de ce que l’on connaît déjà pour s’intéresser à l’autre.

    Après trente ans de pratique, en quoi votre pèlerinage sur les lieux historiques de la vie du Bouddha a-t-il renouvelé votre foi ?
    Il s’agit d’une démarche exclusivement personnelle. Après des années passées à vivre en ville, un peu enfermé, j’avais besoin de bouger, de rentrer physiquement dans l’univers du bouddhisme. Ma foi n’en a pas été changée, elle a juste davantage de chair. Au début de cette quête, je me suis senti décalé par rapport à la réalité dans laquelle je vivais. Ce qui est intéressant, c’est que cela m’a permis de mieux cerner l’état d’esprit avec lequel je voudrais partir au cours de voyages futurs.

    Quelle satisfaction éprouvez vous en travaillant sur des traductions de textes bouddhiques ?
    Au départ, je n’avais pas particulièrement envie de traduire, j’avais juste besoin d’argent. Peu à peu, j’y ai pris goût et, aujourd’hui, je traduis des textes assez fondamentaux avec passion. Ils sont devenus pour moi plus importants que mes textes personnels. La traduction est une tâche très enrichissante culturellement et intellectuellement. Mais l’érudition n’amène pas pour autant la foi ; la foi, c’est la décision d’incarner quelque chose par rapport à un enseignement.

    Quel auteur, selon vous, parle le mieux du bouddhisme au grand public ?
    J’ai été particulièrement marqué par la sensibilité et le style d’Hermann Hesse, mais je ne suis pas adepte de littérature en rapport avec le bouddhisme. À 20 ans, j’avais beaucoup de plaisir à lire les Illuminations de Rimbaud pour son côté jeune fou et bohème. La Condition humaine d’André Malraux, par sa portée politique, m’a passionné. Enfin, Bernard Ollivier m’a bluffé. Le personnage d’abord, qui a eu une histoire personnelle difficile, et la dimension physique de son voyage, effectué tout de même à 60 ans !

    Propos recueillis par Matthieu Delaunay


    Marc Tardieu a publié La Sérénité de l’éveil dans la collection « Petite philosophie du voyage ».

    Archives des interviews

    © Transboréal : tous droits réservés, 2006-2014. Mentions légales.
    Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux, Émeric Fisset & Léopoldine Leblanc, développé par Pierre-Marie Aubertel,
    a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.