Collection « Sillages »

  • Damien autour du monde
  • Road Angels
  • Arctic Dream
  • L’ours est mon maître
  • Sous les yourtes de Mongolie
  • Cavalier des steppes
  • Odyssée amérindienne (L’)
  • Âme du Gange (L’)
  • Routes de la foi (Les)
  • Aborigènes
  • Diagonale eurasienne
  • Brasil
  • Route du thé (La)
  • Dans les pas de l’Ours
  • Kamtchatka
  • Coureur des bois
  • Aux quatre vents de la Patagonie
  • Siberia
  • Sur la route again
  • À l’écoute de l’Inde
  • Seule sur le Transsibérien
  • Rivages de l’Est
  • Solitudes australes
  • Espíritu Pampa
  • À l’auberge de l’Orient
  • Sans escale
  • Au pays des hommes-fleurs
  • Voyage au bout de la soif
  • Errance amérindienne
  • Sibériennes
  • Unghalak
  • Au vent des Kerguelen
  • Nomade du Grand Nord
  • Sous l’aile du Grand Corbeau
  • Au cœur de l’Inde
  • Pèlerin d’Orient
  • Pèlerin d’Occident
  • Souffleur de bambou (Le)
  • Volta (La)
  • Par les sentiers de la soie
  • Atalaya
  • Voie des glaces (La)
  • Grand Hiver (Le)
  • Maelström
  • Au gré du Yukon
Couverture

La Volta, Au cap Horn dans le sillage des grands découvreurs
Bruno d’Halluin


Pendant quatorze mois, Bruno d’Halluin et Thierry Debyser ont navigué depuis la France jusqu’au cap Horn, en parcourant quelque 16 000 milles à bord de La Volta. Ils ont baptisé leur sloop de 10 mètres du nom de la célèbre route hauturière ouverte au XVe siècle par les navigateurs portugais, qui allait offrir aux caravelles la découverte maritime du monde. Aux calmes anticycloniques succèdent le souffle régulier des alizés, les caprices du Pot-au-Noir et les coups de vent des Quarantièmes rugissants. Leur périple est jalonné d’escales séduisantes : Lisbonne, tournée vers l’océan, l’archipel du Cap-Vert et sa chaleureuse population puis, par-delà l’Atlantique, le Brésil, la rude Patagonie et enfin, après le passage du Horn mythique, les majestueux canaux de la Terre de Feu.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.