Collection « Petite philosophie du voyage »

  • Fièvre des volcans (La)
  • Extase du plongeur (L’)
  • Tao du vélo (Le)
  • Force du silence (La)
  • Tentation du jardin (La)
  • Vie à la campagne (La)
  • Simplicité du kayak (La)
  • Vie en cabane (La)
  • Audaces du tango (Les)
  • Vertiges de la forêt (Les)
  • Magie des grimoires (La)
  • Caresse de l’onde (La)
  • Goût de la politesse (Le)
  • Murmure des dunes (Le)
  • Voyage immobile (Le)
  • Ivresse de la marche (L’)
  • Bonheurs de l’aquarelle (Les)
  • Attrait des gouffres (L’)
  • Soif d’images (La)
  • Mémoire de la Terre (La)
  • Euphorie des cimes (L’)
  • Enchantement de la rivière (L’)
  • Grâce de l’escalade (La)
  • Prodige de l’amitié (Le)
  • Défis de la course (Les)
  • Instinct de la glisse (L’)
  • Temps du voyage (Le)
  • Vertu des steppes (La)
  • Chant des voiles (Le)
  • Parfum des îles (Le)
  • Promesse de l’envol (La)
  • Secret des pierres (Le)
  • Appel de la route (L’)
  • Mystères du vin (Les)
  • Esprit du geste (L’)
  • Écriture de l’ailleurs (L’)
  • Religion du jazz (La)
  • Écho des bistrots (L’)
  • Charme des musées (Le)
  • Quête du naturaliste (La)
  • Triomphe du saltimbanque (Le)
  • Sortilèges de l’opéra (Les)
  • Âme de la chanson (L’)
  • Sérénité de l’éveil (La)
  • Arcanes du métro (Les)
  • Liberté du centaure (La)
  • Joie du voyage en famille (La)
  • Rythme de l’âne (Le)
  • Poésie du rail (La)
  • Cantique de l’ours (Le)
Couverture
Deux cônes velus :

« Tout commence par les oreilles. Portées en avant comme des voiles hautes ou agitées comme les bras d’un signaleur aérien, elles fouillent l’espace, captent les vibrations, analysent les molécules de l’air. Elles m’ont vue ! L’âne relève la tête de son seau de grain et fixe la petite fille. Un grand œil étonné sous un sourcil touffu. L’enfant d’un geste est empoigné par deux mains solides, ses pieds nus sont soulevés du sable tiède, et il est déposé en douceur sur le dos laineux. Ses jambes pincent à peine un ventre chaud de toute la bonté du monde.
L’âne était si rare, en ce temps-là, qu’on ne le voyait guère qu’au bord de la mer, à promener les enfants. Du clapotis dans l’écume renouvelée, de la brise de mer soulevant mes cheveux, ma mémoire ne retiendra que deux cônes velus posés sur l’horizon.
Pendant trois ans, en famille, nous avons sillonné les chemins d’Europe de l’Ouest au rythme de nos ânes, côte à côte, corps à corps. Comme d’autres larguent les amarres et hissent la grand-voile pour atteindre la haute mer, nous avons dénoué les longes et mis le cap sur l’inconnu. N’importe quel rivage pouvait servir de limite. Les enfants et les ânes composeraient, sur une portée qui finirait par le roulement des vagues sur la côte portugaise, au bord de l’Atlantique, une musique de bottines sur le schiste qui craque, la craie qui s’écrase, le granit qui roule, avec en contrepoint le battement des sabots sur le bitume ou les foulées sur l’herbe. »
(p. 11-12)

À l’écoute de son compagnon (p. 34-36)
Un sobre gourmand (p. 44-46)
L’âne en fête (p. 63-65)

© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2018. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.