Collection « Petite philosophie du voyage »

  • Soif d’images (La)
  • Mémoire de la Terre (La)
  • Euphorie des cimes (L’)
  • Force du silence (La)
  • Enchantement de la rivière (L’)
  • Défis de la course (Les)
  • Grâce de l’escalade (La)
  • Prodige de l’amitié (Le)
  • Instinct de la glisse (L’)
  • Tao du vélo (Le)
  • Temps du voyage (Le)
  • Vie en cabane (La)
  • Vertu des steppes (La)
  • Chant des voiles (Le)
  • Vertiges de la forêt (Les)
  • Promesse de l’envol (La)
  • Parfum des îles (Le)
  • Secret des pierres (Le)
  • Ivresse de la marche (L’)
  • Mystères du vin (Les)
  • Appel de la route (L’)
  • Esprit du geste (L’)
  • Simplicité du kayak (La)
  • Écriture de l’ailleurs (L’)
  • Bonheurs de l’aquarelle (Les)
  • Murmure des dunes (Le)
  • Audaces du tango (Les)
  • Religion du jazz (La)
  • Écho des bistrots (L’)
  • Goût de la politesse (Le)
  • Triomphe du saltimbanque (Le)
  • Quête du naturaliste (La)
  • Charme des musées (Le)
  • Sortilèges de l’opéra (Les)
  • Liberté du centaure (La)
  • Arcanes du métro (Les)
  • Joie du voyage en famille (La)
  • Sérénité de l’éveil (La)
  • Âme de la chanson (L’)
  • Rythme de l’âne (Le)
  • Magie des grimoires (La)
  • Caresse de l’onde (La)
  • Poésie du rail (La)
  • Cantique de l’ours (Le)
Couverture

Le Rythme de l’âne, Petit hommage aux baudets, grisons et autres bourricots
Mélanie Delloye




Domestiqué il y a cinq mille ans et riche figure de la littérature ou de l’histoire, qu’il soit l’Aliboron des contes, l’âne de Buridan, l’âne Patience de Victor Hugo ou, sous le doux nom de Modestine, qu’il accompagne Stevenson à travers les Cévennes, l’âne est un formidable compagnon de voyage. Attachante, sobre, résistante, cette bête de bât aux yeux tendres offre au marcheur itinérant à la fois le moyen de s’affranchir de son bagage et des difficultés du terrain, et la chance de percevoir l’espace autrement, à un autre rythme – braiement matutinal, pâture méridienne, mise à la longe au soir. Le voyage en compagnie d’un âne devient ainsi une autre forme de dépaysement, où l’animal, de fidèle auxiliaire, devient parfois un merveilleux complice, et un sésame pour rencontrer les habitants d’une région ou d’un pays. Alors, le randonneur s’attire la sympathie des passants et des enfants, et, sur les chemins du monde, réveille le souvenir de l’antique connivence entre l’homme et cet animal.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2017. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.