Angélique Pereira

Née dans l’Aisne en 1979, Angélique Pereira a longuement vécu sur le bassin d’Arcachon. Titulaire d’un BEP de commerce, elle a travaillé durant quatre ans dans le prêt-à-porter. En 2000, elle intègre le corps des sapeurs-pompiers et pratique cette passion pendant quatre ans. En vue d’en faire son métier, elle cesse toute activité professionnelle et se spécialise dans les transmissions, ce qui lui permet de devenir opératrice au Centre de traitement d’alerte d’incendie et de secours du Lot-et-Garonne, en liaison avec le SAMU.
Après avoir visité plusieurs pays d’Europe (Grande-Bretagne, Espagne, Portugal, Pays-Bas, Belgique), elle envisage en novembre 2004 son premier grand voyage, au Népal. Elle y part seule durant deux mois et effectue, entre autres, un trek dans l’Annapurna. Avant même la beauté de ce pays, c’est la rencontre avec un peuple au regard souriant qui la bouleverse. À la suite de ce voyage, son regard sur l’aide aux personnes change ; aussi remet-elle en question son implication au sein des sapeurs-pompiers. Elle abandonne l’idée de passer le concours professionnel et présente sa démission. À l’hiver 2004, elle exerce pour la première fois comme photographe professionnelle, dans les Alpes, dans le cadre de l’École de ski français. En novembre 2005, elle fait seule ses premiers pas sur le continent africain en traversant huit pays de l’Afrique australe (Afrique du Sud, Swaziland, Mozambique, Malawi, Zambie, Zimbabwe, Bostwana, Namibie) durant six mois et achève son voyage à l’île de la Réunion. Désireuse de se rendre utile auprès des Africains, elle passe quinze jours dans un hôpital à Nkhata Bay, au Malawi, où elle aide aux soins, et une semaine dans un orphelinat à Mzuzu, toujours au Malawi.
À la fin de 2006, souhaitant allier ses trois passions que sont la photographie, le voyage et l’action humanitaire, elle décide d’en faire son métier en débutant une formation de reporter-photographe.


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2018. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.