Philippe Lemonnier


Gare de Lyon – Paris (France)
Année 2001
© Philippe Lemonnier
Photographe et conférencier, Philippe Lemonnier témoigne de son goût pour l’ethnographie, religieuse ou populaire, et de sa réflexion sur le voyage à pied.

D’Homo erectus à Homo viator


« Combien de départs ? Cette question n’a aucun sens, sauf à répondre : des milliers ; car sortir de chez moi, partir, a toujours été un besoin profond, presque vital, comme un appel puissant dont cependant je ne peux sonder l’origine, n’en percevant que l’écho. Étrange ? Au fond de moi, vivre et être ont toujours rimé avec dehors, avec ailleurs… Ce qui ne signifie nullement que je ne sache goûter le réconfort de l’étape tout autant que le plaisir du retour, bien au contraire ; poser mon bagage, retrouver quelques objets familiers et, plus encore, m’endormir auprès de la femme aimée sont des moments importants et privilégiés, tout autant que nécessaires à satisfaire mon goût prononcé pour les voyages. Car, j’ai toujours eu le sentiment que pour pouvoir vraiment voyager, libre et sans attache, il faut avoir, quelque part sur terre ou dans sa tête, une petite maison blanche où revenir, quand bien même n’est-elle qu’un sixième étage d’une HLM de banlieue. »


Extrait de :

Le Voyage à pied, Chroniques de la pérégrination
(p. 36-37, Arthaud, 2007)


© Transboréal : tous droits réservés, 2006-2018. Mentions légales.
Ce site, constamment enrichi par Marc Alaux & Émeric Fisset, développé par Pierre-Marie Aubertel,
a bénéficié du concours du Centre national du livre et du ministère de la Culture et de la Communication.